• V-Factory Insights

Parkings urbains : les entrepôts de demain ? Les infos de la semaine du 26/04/21

1/ Jeudi dernier, c’était la Journée de la Terre. L’occasion de se poser 3 questions : (1) “Etre éco-friendly,” qu’est-ce que ça veut vraiment dire ? (2) Comment discerner le greenwashing, cette technique de communication qui vise à brouiller les pistes sur l’impact réel d’une marque ? (3) Comment ne pas oublier qu’en plus d’être vert, un produit doit aussi - et avant tout ! - être efficace ? 🌎

2/ A Paris, depuis la pandémie, une place de parking sur quatre est inutilisée. Et si les parkings urbains étaient les entrepôts de demain ? Les acteurs de la livraison s’activent pour les transformer en centre de tri ou de stockage. Apparemment, 150 000 places pourraient bientôt être définitivement employées à ces nouveaux usages. 🚗

3/ A partir du 1er juillet prochain, les plateformes d’e-commerce transfrontalier devront répercuter la TVA sur tous les achats en provenance de l’étranger (hors UE), quels que soient leurs montants. Elles deviendront alors des “acheteurs revendeurs” responsables de ces versements, au lieu d’être des “intermédiaires transparents”. Ce changement représenterait 4 à 5 milliards d’euros de gains annuels supplémentaires pour la France… 💰

4/ La crise de Covid-19 a créé un boom persistant des commandes en ligne. L’effet rebond ? Un pic de retours sans précédent qu’il faut maintenant apprendre à gérer au mieux, en dépit des conséquences écologiques. Multiplication des trajets du dernier kilomètre, degré du contrôle qualité, gestion des stocks refusés… Un vrai casse-tête. Les conseils des US ? “Don’t make it free, don’t make it easy.” 📦

5/ “J'essaie de rechercher dans les histoires de quelques personnages comment construire des modèles de logistique qui ont du sens pour la ville de demain.” A travers 12 portraits passionnants de visionnaires historiques de l’urbanisme, Jérôme Libeskind nous donne les clés pour appréhender les enjeux actuels de la logistique urbaine. A lire sans modération ! 📖



Bonus : Après les bières, le ketchup, le whisky et les perles de tapioca ce sont désormais… les nains de jardin qui sont en rupture de stock. La cause de ces pénuries ? Un mix entre la pandémie et le blocage du Canal de Suez qui nous montre une fois de plus combien les chaînes d’approvisionnement mondiales sont sensibles. 🤯

19 vues0 commentaire